J’ai peur de rien, j’ai une femme russe

Pour ceux qui, comme moi, ont la chance d’avoir un peu de Russie tous les jours à leur côté, à la maison, il est temps de remettre les pendules à l’heure concernant les nombreux clichés attribués aux femmes russes (et slaves en général)…

Portraits-colorises-de-femmes-snipers-russes-tueuses-de-nazis-2-roza-shanina

Qu’ils soient colportés par les médias ou par le Pékin lambda qui a passé une semaine de vacances à Saint-Pétersbourg, les clichés sur la Russie en général, et les femmes russes en particuliers, sont particulièrement tenaces et méritent amplement d’être discutés, pondérés, voire totalement annihilés.

Les femmes russes sont toutes blondes aux yeux bleus (et avec des jambes d’1m80)

Au risque de paraître un tantinet véhément, il me semble qu’un peu de jugeote s’impose (comme souvent, pour tordre le cou des clichés). Prenez la France, pays petit par la taille, et comparez Martine, qui vient du Nord-Pas-de-Calais, et Françoise, qui habite à Nice.  Seulement 1000 km les séparent et l’accent, la couleur de peau, des yeux, des cheveux, la taille, l’embonpoint éventuel n’ont rien à voir… Prenez GoogleMaps maintenant, et observez la taille de la Russie (c’est quand même 25 fois la France, bon sang !) avec des frontières sur l’Asie, le Moyen-Orient, l’Europe… Contrées de métissage en tout genre, il est évident que le stéréotype de la Slave blonde aux yeux bleus (qui a le mérite d’exister malgré tout, évidemment) est bien loin de la réalité du terrain dans bon nombre d’endroits…

Les femmes russes sont toutes des p*tes

Ne faites pas le/la timoré(e), c’est sans doute le cliché le plus présent en ce qui concerne les femmes de l’Est. J’en veux pour preuve le fleurissement de sites de rencontres proposant l’âme sœur slave à portée de clic ou les émissions du type « JB à la recherche de l’amour » (un must, pour ceux qui ne l’ont jamais vu, où une espèce de tocard brave homme bien franchouillard élégant part faire son marché en Russie pour se trouver une femme, déçu qu’il est de la qualité des produits locaux à Paris…), faisant fi des filières courtes (et le BIO alors ?).

D’où provient donc cette image si dégradante des femmes Russes ? L’équipe de l’Espace France-Russie, après d’âpres discussions, a choisi de ne retenir qu’un panel composé de 3 problématiques.

La première étant l’extrême indigence provoquée par la chute de l’URSS et la facilité pour les étrangers de trouver un peu de réconfort à Moscou (ou ailleurs dans l’Est) dans les bras d’une jolie femme, en échange de cadeaux impossibles à se procurer sur place mais d’un prix modique en Europe ou aux USA (type parfums, cosmétiques, vêtements plus ou moins chics, sous-vêtements, collants…). Aujourd’hui, ces quelques années de disette sont loin derrière, mais le cliché reste vivace.

Deuxième élément, le plumage de pigeon (pas le phénix de l’hôte de ces bois…). Reste en effet que de nombreux européens, souvent peu gâtés par la nature au départ (ah, le divin art de l’euphémisme), continuent à entretenir le fantasme de la femme sublime et facile à obtenir (en oubliant souvent que ladite femme, si elle est absolument sublime, a certainement un intérêt caché pour se trimballer allègrement avec un mec moche, vieux et accessoirement riche…). Quelques années plus tard, après un magnifique mariage en grande-pompe, Monsieur se retrouve plumé dès que Mme a obtenu son titre de séjour définitif et s’est barrée avec la caisse… Mais, honnêtement, vous vous attendiez à quoi comme fin, les garçons ? Un pigeon, c’est fait pour être plumé, ou je me trompe … ?

Troisième élément, la différence culturelle. Si, messieurs, vous vous rendez dans un bar moscovite un peu branché, vous trouverez aisément de jolies femmes au comptoir, et vous aurez probablement envie de leur offrir un verre. Sachez que, si le Français conçoit le fait d’offrir un verre à une jolie fille comme un investissement sur le long terme (c’est la première étape pour la pécho séduire), il n’en est rien pour les femmes russes, pour qui ce geste relève juste d’une certaine galanterie. Il est très fréquent de voir des hommes russes offrir des verres à des femmes, en sachant pertinemment qu’il n’y a aucune logique d’intérêt derrière (ici, amis français, c’est vous qui êtes vénaux et lubriques). N’oubliez pas également (il est tout à fait possible que vous plaisiez en fait à la fille en question, à qui vous venez d’offrir un verre) qu’il est normal de régaler toute la compagnie (en gros, vous voulez draguer une fille qui se trouve dans un bar avec ses copines, préparez-vous à raquer aussi pour les consos des copines…). Si vous ne le faites pas, vous contribuerez à l’image de radin des Français, bien implantée en Russie.

Les femmes russes sont dangereuses.

C’est faux. Ce ne sont absolument pas des espionnes, ni des tueuses en série qui jouissent en butant des gens (cf. Xenia ONATOPP de James BOND, ou les magnifiques photos colorisées de snipers soviétiques en haut de ce topic). Bon certes, si elles sont nées en URSS, elles ont forcément eu des cours à l’école pour apprendre à panser les plaies ouvertes, à démonter un fusil et à loger une balle dans une cible à 100 m, mais c’était la Guerre Froide purement sportif. En plus, les femmes russes sont belles, adorables, douces, câlines, fidèles…

(*Chérie, tu peux enlever cette Kalashnikov de ma tempe maintenant ?*)

Je sens que ça va encore me coûter cher en vaisselle, de raconter des conneries…

Publicités